Inaptitudes et handicaps en EPS

Au regard de la loi sur l’intégration des personnes handicapées de 1975 et de la Charte européenne du sport pour tous de 1987 qui précise que « le sport est un facteur essentiel de réadaptation et d’intégration » et qu’il faut offrir « une éducation physique et sportive effective aux enfants handicapés fréquentant les écoles », il est souhaitable que tous les élèves soient acceptés dans les cours d’éducation physique et sportive.

La présente circulaire réaffirme la nécessité de respecter le droit des handicapés physiques et des inaptes partiels à ne pas être exclus et répond à l’obligation de la pratique de l’éducation physique et sportive par tous les élèves. L’attention des médecins de santé scolaire, des parents, des inspecteurs pédagogiques régionaux, des chefs d’établissement, des enseignants est attirée sur l’importance de l’éducation physique et sportive pour l’épanouissement et l’autonomie de ces jeunes.

L’enseignant d’éducation physique et sportive est celui qui, de par sa formation et son rôle, a de réelles chances de les aider à la réussite de leur intégration pour une meilleure insertion sociale.

Les handicapés ont les mêmes besoins que les autres et, malgré certaines inaptitudes physiques, ils ont des potentialités qui ne demandent qu’à s’exprimer. Ils doivent aussi, tout comme les valides, bénéficier d’un enseignement de l’éducation physique et sportive pour voir leurs efforts récompensés lors des examens nationaux.

Cette circulaire a pour objet de préciser l’autorisation médicale requise pour participer, les classifications de handicap et les tables de cotation spécifiques d’un certain nombre d’épreuves.

Elle donne quelques consignes de sécurité et apporte des informations sur certaines déficiences afin qu’elles soient prises en compte lors de l’évaluation.

RIGOTTARD Didier

IA IPR EPS

de la Polynésie Française