Exigence de la sécurité dans les activités physiques de pleine nature dans le second degré

Pour information, la circulaire n° 2017-075 du 19-4-2017 « Exigence de la sécurité dans les activités physiques de pleine nature dans le second degré » a été publiée au BO  n ° 16 du 20 avril 2017.
Depuis le colloque au Centre de ressources, d’expertise et de performance sportives (Creps) Rhône-Alpes de Vallon Pont d’Arc en octobre 2015, le ministère de l’Éducation nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche a engagé une dynamique interministérielle autour de la pratique des activités physiques de pleine nature (APPN) avec le ministère chargé des sports et le ministère chargé de l’agriculture, afin d’échanger, mutualiser et produire des méthodes et outils pour favoriser la pratique des sports de nature à l’école.

Parallèlement, le partenariat du ministère avec l’Union nationale des centres de plein air (UCPA) a permis de finaliser la rédaction du guide « Les sports de nature en séjours scolaires » en décembre 2016, avec l’expertise du pôle ressources national des sports de nature du ministère chargé des sports et des cadres techniques de plusieurs fédérations sportives. De plus, les conventions signées au niveau national avec de très nombreuses fédérations sportives (aviron, canoë-kayak, cyclotourisme, équitation, sports de glace, voile, plongée, etc.) favorisent les actions de formation croisée qui associent les deux publics enseignants et cadres techniques sportifs, ainsi que la co-construction de documents pédagogiques.

La présente circulaire s’applique aux enseignements du second degré et, dans le cadre de la mise en œuvre du cycle 3, aux enseignements auxquels participent à la fois des élèves de primaire et des élèves de 6e (Programmes EPS cycle 3).

Il est notamment rappelé la responsabilité des acteurs locaux. Celle de l’enseignant qui reste, quel que soit le niveau d’évolution des élèves et quel que soit le dispositif concerné, responsable des choix pédagogiques proposés. La chaîne de sécurité et de contrôle, ainsi que la surveillance des élèves sont donc de sa responsabilité. Celle-ci ne peut être déléguée à des élèves. La responsabilité de l’enseignant reste pleine et entière même en présence d’un intervenant extérieur éventuel.

Puis celle du chef d’établissement. En qualité de représentant de l’État au sein de l’établissement, le chef d’établissement veille à ce que les conditions d’organisation des APPN répondent aux exigences de sécurité. Il a toute légitimité pour autoriser ou interdire une sortie ou un projet. Une parfaite communication et une confiance partagée avec son professeur-conseil ou coordonnateur contribuent à installer les conditions de sécurité de la sortie et la fiabilité de son encadrement.

Au niveau de l’inspection pédagogique régionale, la présente circulaire sert de cadrage national donnant lieu à des recommandations pour l’élaboration, l’actualisation et la mise en œuvre de protocoles de sécurité pour la pratique des APPN. Les services de l’éducation nationale pourront également s’appuyer sur l’expertise des partenaires locaux, institutionnels et/ou associatifs. L’animation par les corps d’inspection du réseau des établissements engagés dans la pratique des APPN est de nature à aider aussi les chefs d’établissement à exercer leurs responsabilités, et de les former aux protocoles de sécurité et aux procédures de gestion de crise en cas d’accident grave.

L’idée principale au niveau des académies ou territoire est d’élaborer, actualiser et mettre en œuvre des protocoles de sécurité dans chaque activité sur le modèle des « check-lists » – ou listes des contrôles de sécurité –, telles qu’en connaissent les professions à risque. L’élaboration, l’actualisation et la mise en place de protocoles de sécurité pour chacune des APPN pratiquées dans les académies et territoires sont désormais nécessaires. Ces protocoles ont pour but de synthétiser les opérations incontournables à vérifier et à effectuer avant, pendant et après la leçon d’EPS. Ils s’appliquent également à l’association sportive, aux sections sportives scolaires et à tout autre dispositif. Ils sont élaborés en prenant appui sur la circulaire nationale. Les inspections pédagogiques, au niveau académique, animeront et vérifieront la mise en œuvre des recommandations de la présente circulaire (ou annexées), en lien avec les enseignants experts, dans une approche articulant cadrage du recteur et recommandations sur la sécurité.

Pour faciliter la transmission de ces recommandations, l’élaboration, l’actualisation et la mise en place de protocoles de sécurité seront inscrites dans les priorités des plans académiques de formation en EPS et intégrées aux plans académiques de développement du sport scolaire. Ces formations s’appuieront sur des dispositifs d’échanges, de débats et de travaux pratiques permettant de confronter expérience des collègues, retours de terrains et apports extérieurs. La mise en synergie de tous les acteurs est un élément décisif de l’amélioration des dispositifs de sécurisation de l’enseignement et la pratique des APPN.

Cette circulaire qui répond à une préconisation du rapport « Exigence de la sécurité dans les APPN » avec une demande forte de Mme Vallaud-Belkacem, sera suivie d’autres annexes concernant la CO, le VTT, le ski alpin, la randonnée pédestre.

En attendant, comme indiqué dans la circulaire, vous pouvez également consulter le « guide de nature en séjours scolaires » en ligne sur Eduscol.

Les activités physiques de pleine nature permettent de vivre pleinement des expériences individuelles et collectives. Qu’il s’agisse d’EPS ou de sport scolaire, la possibilité de pratiquer en pleine nature est une liberté que l’École doit encourager dès le plus jeune âge. La montagne, la mer, les forêts, les cours d’eau, les grands espaces sont de merveilleux terrains d’apprentissage de la maîtrise des risques et de l’autonomie, mais aussi d’épanouissement, d’entraide et d’émotions partagées, à condition que les expériences qu’offrent les APPN soient osées avec le minimum de risques objectifs et réalisées avec le maximum de sécurité.

Bonne concertation de tous sur ce thème de la sécurité dans les APPN;

RIGOTTARD Didier

IA IPR EPS de la Polynésie Française